Le système vestibulaire, qui est localisé dans l’oreille interne et qui se prolonge jusqu’aux premières vertèbres, est l’organe qui permet à l’homme de contrôler son équilibre. Il permet également de sentir l’accélération et la gravité. Quand cet organe est atteint par une pathologie, cela provoque des symptômes parfois très intenses. Nous fournirons dans cet article des informations sur le syndrome vestibulaire.

Qu’est-ce que le syndrome vestibulaire ?

Grâce au système vestibulaire, l’homme maintient en équilibre l’axe de son corps, ainsi que la stabilité oculaire, pendant qu’il effectue des mouvements. Mais qu’est-ce que le syndrome vestibulaire ?

Définition du syndrome vestibulaire

Le syndrome vestibulaire est un ensemble de signes et de symptômes qui indiquent qu’il y a une lésion dans le système vestibulaire.

Pour comprendre le syndrome vestibulaire, il est donc essentiel de comprendre en détail le fonctionnement du système vestibulaire.

Anatomie du système vestibulaire

Le système vestibulaire est composé de trois éléments :

  • Le vestibule : cavité qui se situe dans le labyrinthe, où se trouvent également les trois canaux semi-circulaires et la cochlée.
  • Le nerf vestibulaire : avec le nerf cochléaire, il suit le conduit auditif interne.
  • Les noyaux vestibulaires du tronc cérébral : ils sont en relation avec la moelle cervicale, le cortex cérébral, la réticulée du tronc cérébral et le vermis cérébelleux.

Tout atteinte à l’un ou l’autre de ces éléments peut entraîner un syndrome vestibulaire.

Classification des troubles vestibulaires

On distingue trois types de syndromes vestibulaires, en fonction de la zone qui subit la lésion :

  • Le syndrome vestibulaire périphérique : quand c’est l’oreille interne qui est touchée, notamment les canaux semi-circulaires, le vestibule et le nerf vestibulaire.
  • Le syndrome central : si la lésion concerne les noyaux vestibulaires bulbaires et les faisceaux nerveux.
  • Le syndrome mixte : quand la pathologie touche le rachis cervical.

Chacun des différents troubles vestibulaires peut entraîner des troubles spécifiques, d’où l’importance de déterminer l’emplacement de la lésion.

Les causes du syndrome vestibulaire

Les causes d’un problème vestibulaire peuvent varier selon le type du syndrome vestibulaire.

Pour le syndrome vestibulaire périphérique, les principales causes sont :

  • Maladie de Menière qui peut aussi se manifester par un vertige rotatoire et des acouphènes.
  • Névrite vestibulaire.
  • Vertige paroxystique positionnel bénin.
  • Traumatisme crânien.
  • Labyrinthite.
  • Neurinome de l’acoustique.

Les causes du syndrome vestibulaire central sont :

  • Tumeur cérébrale.
  • Sclérose en plaques.
  • Malformation d’Arnold-Chiari.
  • Syndrome de Wallenberg.

Le syndrome mixte peut bien évidemment être entraîné par chacun de ces différents facteurs. Par ailleurs, tout choc important au niveau du système vestibulaire peut entraîne un syndrome vestibulaire, ce pourquoi ce trouble de santé apparaît fréquemment suite à un accident ou à un traumatisme.

Les symptômes du syndrome vestibulaire

Le syndrome vestibulaire est l’un des motifs fréquents de consultation en neurologie.

Il se manifeste par plusieurs symptômes bien spécifiques :

  • Vertige : c’est le symptôme le plus important et le plus évident durant lequel le sujet éprouve une sensation de rotation. Mais il peut aussi avoir l’impression que l’environnement meut par rapport à lui ou au contraire il se déplace par rapport à l’environnement. Il peut aussi sentir une impression de tangage. Quand le vertige est intense, il peut être accompagné de gênes comme les nausées, les vomissements et l’angoisse.
  • Nystagmus : les yeux du sujet oscillent involontairement avec des secousses lentes ou rapides. Le mouvement peut-être rotatoire, horizontal, vertical, horizonto-rotatoire.
  • Ataxie vestibulaire : il s’agit de troubles d’équilibre et de la marche. Le déséquilibre peut être général et il est impossible pour lui de se tenir en station debout. Quelquefois, quand il se tient assit sans s’adosser ou debout les pieds joints, il a tendance à s’incliner toujours du même côté.

Quelquefois, d’autres signes comme la surdité de typer réceptif et les acouphènes sont observés.

Traitement du syndrome vestibulaire

Pour diagnostiquer le syndrome vestibulaire, le praticien réalise des examens comme les épreuves vestibulaires, l’audiogramme, imagerie du tronc cérébral des conduits auditifs internes.

Comme souvent les causes qui ont provoqué l’apparition du syndrome vestibulaire chez un patient ne peuvent pas être déterminées, il n’y a aujourd’hui aucun traitement général pour prendre en charge cette lésion. Des antivertigineux peuvent être pris pour les vertiges. Mais il ne faut les prendre que pour une courte durée.

Il est aussi possible d’effectuer une kinésithérapie vestibulaire pour que l’organisme apprenne à s’adapter à la lésion et à chercher une nouvelle stratégie d’équilibre.2