Les acouphènes pulsatiles sont une catégorie très précise d’acouphènes, qui se traduisent sous la forme de battements dans l’oreille. Selon les cas, l’acouphène pulsatile peut être plus ou moins intense, et s’avère parfois insupportable. Mais tâchons de mieux comprendre en quoi consiste l’acouphène pulsatile, et comment y mettre un terme.

Battements dans l’oreille : l’acouphène pulsatile

Comme on peut s’en douter, les battements du cœur ne sont pas censés être entendus par l’oreille. Et pourtant, il arrive que l’on ait l’impression d’entendre les battements de son propre cœur, et cela peut même devenir très gênant au quotidien. On parle alors d’acouphène pulsatile.

Qu’est-ce qu’un acouphène pulsatile ?

Certaines personnes entendent un son sourd dans leur oreille comme si elles arrivaient à percevoir les battements de leur cœur.

Ces personnes arrivent à sentir le rythme de leurs pouls au niveau de leur oreille et si elles tâtent en même temps leur pouls au niveau de leurs poignets, elles constatent que les rythmes sont synchrones.

Ces bruits de battements, différents des tintements de l’acouphène « classique », sont appelés acouphènes pulsatiles.

Le son entendu par le sujet est souvent subjectif (nul autre ne l’entend), mais parfois aussi objectif (il est perceptible par un médecin). Et généralement, les bruits ne sont perçus que par une seule oreille.

Il est à noter que peu de personnes sont atteintes d’acouphènes pulsatiles, car cela reste l’un des acouphènes les plus rares.

Pulsation dans l’oreille : les causes

Les causes de ce type d’acouphène sont mieux identifiées par rapport à celles des acouphènes classiques.

En effet, on considère que l’acouphène pulsatile sera généralement entraîné par les causes suivantes :

  • Athérosclérose : le cholestérol et d’autres résidus graisseux rendent moins élastiques les vaisseaux sanguins de l’oreille interne, ce qui augmente la pression sanguine.
  • Hypertension artérielle ou crânienne.
  • Souffle cardiaque.
  • Maladie de Paget.
  • Inflammation de la trompe d’Eustache.
  • Hyperthyroïdie.
  • Changement du flux sanguin.
  • Surdité.

Contrairement à un acouphène « classique », qui est très difficile à diagnostiquer et à comprendre, il est généralement possible d’identifier la cause d’un acouphène pulsatile grâce à un diagnostic médical.

Diagnostiquer les acouphènes pulsatiles

Le diagnostic pour détecter l’acouphène pulsatile chez une personne est très sérieux. Avant de confirmer le trouble, des investigations approfondies doivent être accomplies.

Le sujet devra d’abord consulter son médecin généraliste. Après des examens sommaires, celui-ci l’adressera à un spécialiste qui examinera l’état des tympans et des vaisseaux sanguins du crâne et du cou du sujet.

En plus des tests habituels pour un acouphène, d’autres examens peuvent être effectués comme :

  • Une échographie dopler pour mesurer la vitesse du sang.
  • Une angiographie pour vérifier les parois des veines et artères.
  • Une IRM pour détecter les éventuelles irrégularités des vaisseaux sanguins.
  • Une artériographie pour avoir des images précises de l’organisme.

Si vous suspectez de souffrir d’acouphènes pulsatiles, n’hésitez pas à en parler à votre médecin traitant, qui pourra vous diriger vers les meilleurs spécialistes.

Mais pour cela, encore faut-il être en mesure de reconnaître les acouphènes pulsatiles.

Symptômes des acouphènes pulsatiles

Quels que soient les facteurs qui les déclenchent, les symptômes des acouphènes pulsatiles sont tous à peu près les mêmes :

  • Comme ils sont unilatéraux, il peut y avoir des acouphènes pulsatiles perçus par l’oreille gauche seulement ou l’oreille droite seule.
  • Souffrir d’acouphènes pulsatiles aux deux oreilles est bien plus rare, mais ce n’est pas impossible.
  • Les pulsations peuvent être permanentes ou temporaires. Et selon les cas, elles peuvent se déclencher la nuit ou le soir.
  • Chez certaines personnes, des maux de tête et des vertiges peuvent accompagner les battements.
  • Par ailleurs, les crises d’acouphènes pulsatiles sont plus intenses lors de la pratique d’activités physiques. Elles sont également plus fortes quand la tête bouge trop.
  • En outre, le stress peut aussi favoriser ce trouble.

Contrairement à un acouphène classique, le bruit n’est pas un tintement ou un sifflement continu, mais prend la forme de battements, comme le bruit des pulsations d’un cœur (d’où le terme d’acouphènes « pulsatiles »).

Traitement des acouphènes pulsatiles

Quand le diagnostic a confirmé l’existence des acouphènes pulsatiles, les traitements sont appliqués selon les causes du trouble :

  • Si des tumeurs ou lésions vasculaires sont à l’origine des acouphènes, un traitement chirurgical peut être envisagé.
  • Si les causes sont l’hypertension, l’athérosclérose, l’hyperthyroïdie… le médecin peut préconiser les traitements médicamenteux. Dans ce cas, les sensations de battement peuvent considérablement être réduites ou même supprimées.

Des traitements naturels peuvent être proposés au patient pour compléter les traitements médicamenteux. Parmi ces traitements naturels, il y a l’homéopathie, la phytothérapie, la thérapie sonore, l’ostéopathie…

La sophrologie est aussi indiquée pour habituer le patient à vivre avec les gênes provoquées par les acouphènes pulsatiles.