Si la pollution sonore est définie comme étant l’ensemble de bruits trop forts et dérangeants, quelle est la nature de ces bruits en question ? Le présent article se propose donc de voir : comment se caractérisent la pollution sonore et ses conséquences.

La pollution sonore et ses causes

La pollution sonore est l’ensemble de bruits gênants, dépassant un seuil acceptable pour l’acuité et qui « pollue » l’environnement sonore.

Il convient cependant de différencier ces bruits. En fait, ces bruits entrainent une nuisance sonore, car ils dérangent les êtres humains et même les animaux. Ce sont des bruits qui, à partir d’une certaine intensité, sont nuisibles à l’audition.

Les bruits causant la pollution sonore peuvent être catégorisés en différentes sortes selon leurs natures. Ils peuvent être dus à des installations pour la protection de l’environnement comme le son produit par un poteau éolien ; le transport comme le bruit d’un train, les klaxons, des avions ; les bruits de voisinage dont les disputes, la musique trop forte, des travaux et bien d’autres activités de l’Homme.

Il s’agira dans ce contenu de comprendre ce qu’impliquent tous ces bruits, notamment sa définition et ses conséquences.

Comment est exactement définie la pollution sonore ?

La pollution sonore s’applique aux bruits nuisibles pour l’homme pouvant entrainer une nuisance momentanée, temporaire ou longue et d’éventuels troubles plus graves.

En décortiquant l’expression, la pollution est la dégradation d’un environnement. La pollution sonore est donc une diminution de la qualité de l’environnement sonore. Il est à exclure bien sûr les bruits découlant de phénomène naturel comme la pluie, le vent, le tonnerre, etc.

La nuisance sonore ici relève des actions dont l’homme est responsable. La législation prévoit d’ailleurs des dispositions pour éviter ce dérangement. Parmi cela, la loi sur l’urbanisation qui interdit de construire une habitation trop près d’un passage à niveau par exemple.

Les conséquences d’une nuisance sonore

La nuisance sonore occasionne bien de maux. Ceux-ci peuvent être classés en deux, dont les effets sur la qualité de vie et les impacts sur la santé.

Les effets de la pollution sonore sur la qualité de vie

Entendre des bruits continuellement ou de manière discontinue, mais répétitive entraine une gêne auditive. La qualité de vie s’en trouve donc égratignée :

  • Le soir, un trouble du sommeil qui amène la fatigue peut engendrer le stress, l’irritabilité et d’autres maladies physiologiques comme des maux de tête, des douleurs articulaires et voir des maladies cardiovasculaires.
  • La journée, il y a un trouble de la concentration qui rend irritable ou frustré. Des troubles psychologiques comme l’anxiété et l’angoisse peuvent en résulter.

Tout ce mal-être peut amener à un symptôme : les acouphènes.

La nuisance sonore comme cause des acouphènes

Les bruits qui dérangent l’environnement sonore normal peuvent entrainer le stress et l’anxiété. Ce sont des troubles psychopathologiques qui causent à leur tour les acouphènes.

Les acouphènes se manifestent par un sifflement, un chuintement, une pulsation, etc. Mais les bruits, qui gênent l’environnement sonore peuvent aussi devenir un acouphène. C’est un traumatisme sonore.

Les bruits comme cause d’aggravation des acouphènes

Les bruits sont à proscrire pour un acouphènique sauf pour des raisons thérapeutiques. Une pollution sonore vaudrait plusieurs nuisances sonores, car les acouphènes représentent déjà une gêne sonore.

Dans le traitement des acouphènes, le silence est le meilleur allié des thérapies telle la musicothérapie.