La misophonie ne doit pas être confondue avec la phonophobie, qui est une peur de la musique. En effet, la misophonie n’est pas une peur, mais une réaction excessivement négative à un son bien spécifique. Elle peut être considérée comme une sorte d’allergie sonore. Voyons ensemble en quoi consiste la misophonie, et s’il est possible de la traiter.

La définition de la misophonie

Selon l’origine étymologique du mot, misophonie signifie littéralement « haine du son ». C’est un terme qui a été inventé par deux professeurs de l’Université Emery en Atlanta aux États-Unis vers les années 2000. Le terme misophonie peut aussi être compris par « Selective Sound Sensivity Syndrome » en anglais et qui est abrégé par 4 S ou SSSS.

La misophonie est une réaction négative à un son ou à un type de son spécifique, peu importe l’intensité de celui-ci. Cette réaction peut se manifester par la colère, l’anxiété, l’angoisse, la rage, le dégoût ou la haine. Ce trouble est donc une hypersensibilité sonore qui apparait en moyenne à l’âge de 12 ans. Il s’acquiert dès l’enfance ou pendant l’adolescence et s’aggrave avec l’âge.

La misophonie est caractérisée par des états psychiques très désagréables. C’est une véritable aversion à un bruit en particulier ou à plusieurs bruits tel le bruit de bouche durant la mastication, un robinet qui goutte, un grincement, etc.

À quoi reconnaît-on une personne misophone ?

Un misophone ou une personne atteinte de misophonie se reconnaît à travers quelques symptômes caractéristiques de cette affection un peu particulière :

  • Les misophones dans la plupart des cas restent agacés par des sons et bruits spécifiques que la plupart des gens considèrent comme étant des « bruits normaux ».
  • Certains sons qu’ils entendent peuvent les rendre colériques, voire même enragés. Cependant, si ce sont eux qui produisent ces mêmes sons, cela ne les gêne aucunement.

Un misophone est donc incapable de supporter les bruits que font les autres personnes autour de lui.

De ce fait, les personnes affectées par la misophonie ont du mal à être en société. Ils éprouvent des difficultés à manger avec les autres, ils ne peuvent pas dormir avec d’autres personnes dans une même pièce ni travailler avec des collègues qui peuvent émettre des bruits.

C’est pour ces différentes raisons qu’il est primordial de traiter rapidement la misophonie.

Les causes de la misophonie

Bien que la misophonie soit un trouble qui existe depuis longtemps, elle n’a été médicalement admise qu’au début du vingt et unième siècle. Les avancées dans les recherches sur ses causes n’ont pas encore abouti à de véritables hypothèses.

La cause au niveau du centre nerveux

La cause de la misophonie avancée aujourd’hui par les neurologues est la mauvaise interprétation que le centre nerveux fait de certains sons qui lui sont transmis.

En effet, le centre nerveux interprèterait d’une manière anormale certaines données sonores. Cela crée ainsi l’association d’un son ou d’un type de sons à un sentiment désagréable, ce qui provoquerait des réactions négatives comme :

  • La colère,
  • La haine,
  • Le dégoût,
  • L’anxiété, etc.

Les causes au niveau du système limbique

Le système limbique est celui qui est responsable de la réaction de combat ou de fuite face à un danger.

Les études semblent établir un lien entre l’activation de la réaction négative et le système limbique. Selon cette hypothèse, le son perçu par le misophone activerait ce système qui à son tour éveille les réactions négatives.

Les causes relatives à des troubles

La misophonie est plus fréquente à la préadolescence, mais également chez les adultes qui présentent des troubles comme :

  • Le trouble de l’intégration sensorielle qui découle d’un dysfonctionnement cérébral important causant ainsi une perception dépassée des stimuli auditifs dans ce cas-ci,
  • Les troubles envahissants du développement ou TED qui se caractérisent par une altération des fonctions cognitives,
  • Une lésion cérébrale qui entraine une déficience de la perception, de la cognition, de la sensibilité ou de la motricité,
  • Le trouble de stress post-traumatique. Celui-ci relève purement d’un trouble psychologique dû à un traumatisme après avoir vécu ou avoir été témoin d’un évènement terrifiant. Le son qui fait l’objet de la misophonie est lié à un évènement qui a profondément et négativement marqué le misophone,
  • Le trouble obsessionnel compulsif qui est un trouble mental se manifestant par l’apparition de pensées intrusives et produisant un état d’inconfort, d’inquiétude, de peur ou d’appréhension accompagné ou non de geste répété. Le TOC est lié à la misophonie par la perception d’un son qui dérange le misophone. La relation entre le trouble obsessionnel et la misophonie est relativement similaire à celle avec le trouble post-traumatique.

Le traitement de la misophonie

À l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement spécifique à la misophonie. En revanche, il reste important pour une personne qui en est touchée d’en parler avec son médecin généraliste, qui pourra l’orienter vers un spécialiste.

Le traitement de la misophonie dépendra avant tout de ses causes et des manifestations de ce trouble de santé. Comme on ne trouve pas de traitement médicamenteux, et qu’il est souvent d’établir des causes précises, les patients auront souvent recours à des thérapies pour un tel trouble.

Bien souvent, le simple fait de parler de sa misophonie avec un professionnel de santé peut aider à faire un pas vers la guérison.